L'initiative AI4Gov

©Kaikoro - stock.adobe.com
Artificial Intelligence

Introduction

La vision stratégique à l'égard de l'intelligence artificielle (IA) au Luxembourg, présentée en 2019 par le Premier ministre et ministre de la Digitalisation, Xavier Bettel, vise à "faire du Luxembourg une des sociétés numériques les plus avancées en Europe et dans le monde, créer une économie durable basée sur les données et construire une intelligence artificielle centrée sur le citoyen".

Le Parlement européen définit l'IA comme "la possibilité pour une machine de reproduire des comportements liés aux humains, tels que le raisonnement, la planification et la créativité. Par ailleurs, l'IA permet à des systèmes techniques de percevoir leur environnement, gérer ces perceptions, résoudre des problèmes et entreprendre des actions pour atteindre un but précis. L'ordinateur reçoit des données, il les analyse et réagit. Ensuite, les systèmes dotés d'IA sont capables d'adapter leurs comportements en analysant les effets produits par leurs actions précédentes, travaillant de manière autonome".

L'IA associe dès lors des technologies qui combinent données, algorithmes et, par conséquent, puissance de calcul. Comme le souligne la Commission européenne, les progrès en matière de calcul et la disponibilité croissante des données sont donc essentiels pour l'essor de l'IA. Le Luxembourg dispose d'atouts technologiques et industriels et d'une infrastructure numérique de haute qualité permettant de mettre à profit les bénéfices de l'IA pour en faire bénéficier l'ensemble de la société.

Le comité interministériel AI4Gov

Au sein de l'Etat, la vision stratégique IA du Luxembourg a conduit à la création du comité interministériel AI4Gov, composé de représentants du ministère de la Digitalisation, du Service des médias et des communications (SMC), et du Service information et presse (SIP). L'objectif du comité AI4Gov est d'encourager les ministères et les administrations à faire usage de l’intelligence artificielle (IA) et de la science des données pour transformer leurs actions et leurs métiers. En d'autres termes, il s’agit d'inciter les administrations à faire usage de ces technologies innovantes pour développer de nouvelles méthodes et analyses aux problématiques existantes, d'augmenter l'efficacité du traitement des données et, ainsi, améliorer leurs services et leurs procédures.

De plus, l'initiative AI4Gov permet de doter les agents de l'Etat de l'expérience pratique nécessaire pour maîtriser le processus d'acquisition de technologies de pointe d'IA. Le but est d'établir à terme une expertise au sein de l'État et de positionner l'Administration publique comme un moteur d'innovation.

Appels à projets AI4Gov

Afin de promouvoir l'utilisation de l'IA au sein de l'Administration publique, le comité AI4Gov a lancé en novembre 2019 un premier appel à projets à l'attention des acteurs publics pour des projets d'expérimentation en IA et science des données.

Au début de l'année 2020, un total de 14 projets avaient été proposés par diverses entités étatiques, preuve d'un intérêt grandissant pour ces technologies. Un jury composé d'experts étatiques et du secteur privé a analysé ces dossiers du point de vue de leur maturité, potentiel d'innovation et d'utilisation de l'IA.

Au final, 6 projets ont été retenus par le jury et ont profité en 2020 d'un accompagnement technique, au travers d'un appel de support de prestataires externes, avec comme objectif d'aboutir à un prototype fonctionnel exploitable par les agents de l'administration ou le grand public. Un groupe de travail juridique interministériel a également examiné le contexte sociotechnique et éthique de chaque projet. Parmi les 6 projets retenus, 4 ont déjà pu être implémentés en 2020.

En décembre 2020, un nouvel appel à projets a été lancé par le comité AI4Gov, qui a résulté dans 12 propositions de projets, lançant alors un processus d'analyse et de sélection identique à celui du premier appel à projets.

Projets implémentés en 2020

Indexation de photos du gouvernement

Le Service information et presse du gouvernement dispose d'une vaste médiathèque de photos politiques de l'Etat luxembourgeois. Le travail d'indexation de ces photos se faisait jusqu'alors manuellement et était fastidieux. Le projet IA visait à identifier les personnalités politiques présentes sur les photos par le biais de la reconnaissance faciale ainsi que la génération de métadonnées améliorées pour la médiathèque. La mise en place de cette reconnaissance faciale a permis ainsi de faciliter et d'accélérer la mise à disposition de métadonnées des photos pour une meilleure exploitation des contenus de la médiathèque pour l'ensemble de l'Etat.

Extraction d'objets topographiques

Ce projet concernait l'extraction par l'IA d’objets topographiques à partir d'images aériennes, permettant ainsi la détection de nouveaux bâtiments et routes pour identifier des zones de constructions. Cette extraction a permis de réduire la charge de travail des agents de l'Etat et d'augmenter la qualité et la rapidité de la mise à jour des bases de données de l'Administration du cadastre et de la topographie. En outre, le projet visait à permettre la création de nouvelles données et de services ainsi que la reconnaissance d'objets.

Transcription de textes

Par ce projet, la Bibliothèque nationale de Luxembourg (BnL) visait à l'amélioration de la transcription des textes des articles par l'Optical Character Recognition (OCR), à savoir la reconnaissance de caractères optiques. Cette amélioration figurait comme base nécessaire pour une identification automatique des "entités nommées" (personnes, lieux, organisations et dates). Les entités nommées, détectées par des techniques d'intelligence artificielle, sont la base d'une nouvelle application interactive, permettant l'exploration dynamique des articles, améliorant ainsi l'accès à l'archive des journaux numérisés.

Reconnaissance automatique d'écritures manuscrites anciennes

Le projet CLAVIS des Archives nationales de Luxembourg (ANLux) concerne la soumission d'images numérisées de manuscrits des 17e et 18e siècles à Transkribus, une plate-forme de reconnaissance d'écriture assistée par IA, de transcription et de recherche dans des documents historiques. La transcription automatique contribue à rendre ces sources, difficilement exploitables jusqu'à présent, à nouveau lisibles et compréhensibles pour les nouvelles générations de chercheurs. De plus, les ANLux attendent de ce projet des nouvelles possibilités quant à la création automatisée d'inventaires ou d'index de personnes et de lieux.

Autres initiatives AI4Gov

AI Legal & Ethics Working Group

Le comité AI4Gov, en plus d'assurer un accompagnement technique des projets, assure également un accompagnement juridique et éthique à travers la création au début de 2020 d'un groupe de travail interministériel "AI Legal & Ethics Working Group". Ce groupe est composé du ministère de la Digitalisation, du Service des médias et des communications, du Service information et presse du gouvernement et du Commissariat du gouvernement à la protection des données auprès de l’Etat. À travers l'accompagnement des projets AI4Gov et le dialogue avec les porteurs de projets, ce groupe de travail réalise une évaluation préliminaire des risques juridiques et éthiques liés aux projets, posant ainsi les premiers jalons pour une approche de gouvernance de l'IA du secteur public basée sur les risques.

Sensibilisation des agents de l'État sur des thématiques liées à l'IA

Le comité AI4Gov anime et développe une communauté d'acteurs étatiques intéressés aux thématiques de l'IA et de la science des données. Il diffuse ainsi une newsletter avec les actualités liées au AI4Gov et les activités et nouvelles intéressantes autour de l'IA.

Des webinaires sont également proposés aux représentants des ministères, administrations et établissements publics pour présenter les activités de l'initiative AI4Gov. Il s'agit notamment de présenter l'avancement des différents projets retenus et d'inviter des intervenants externes experts dans les domaines de l'IA afin d'approfondir les connaissances et les réflexions autour de l'IA.

GovCloud GPU Service

En 2020, le comité AI4Gov a procédé à une analyse détaillée des besoins techniques communs aux entités étatiques dans le contexte des projets IA. Cette analyse a ainsi permis d'identifier et de mutualiser les besoins en ressources informatiques. L'offre de ressources existantes ayant été jugés peu adaptés aux besoins, une infrastructure commune de machines spécialisées offrant des processeurs de type GPU adaptées à ces calculs spécifiques fut alors implémentée dans le centre de calcul étatique du Centre des technologies de l’information de l’Etat (CTIE) et est accessible à toute entité étatique qui en a besoin.

Dernière mise à jour